17 octobre 2006

Légion du déshonneur


Vendredi 22 septembre, le président Français a décoré le chef du Kremlin, Vladimir Poutine, de la légion d’Honneur dans un contexte où en Russie, les libertés s'amenuisent, au fur et à mesure que l'économie tant à s'améliorer.russie

 

 

 La démocratie a ses valeurs que la raison d’Etat ignore. Le respect des peuples qui figure parmi celles-ci ne semble ainsi pas avoir  trop troublé le Président Français dans sa nouvelle amitié médiatique avec son homologue Russe.

Cette « opération séduction » diplomatique, a entraîné le Président Chirac à décorer Vladimir Poutine de l'Ordre de la Légion d'honneur, le vendredi 22 septembre 2006. Si cette cérémonie, parée du faste et du feu des lumières des salons de l’Elysée, a été diffusée en boucle sur les Télévisions russes, nos grandes chaînes nationales ont fait montre d’un silence éloquent. Pas un mot dans nos journaux télévisés à propos de l’indignation des Organisations Non Gouvernementales, qui protestèrent vivement suite à l’attribution de la plus haute distinction Française, au chef de l’exécutif russe. Selon l’Elysée, « Vladimir Poutine a rendu des services aux causes que la France défend » et par conséquent, cette promotion ne peut souffrir d’aucunes contestations…

Il ne fait pas de doute que cette dignité, depuis quelques années, a largement perdue de son prestige tant elle a été attribuée à «tout le monde » (Johnny Hallyday, Fabien Barthez, Guy Roux, Erdogan Teziç). Or, monsieur Vladimir Poutine n’est pas « tout le monde ». En effet, selon Reporters Sans Frontières, 21 journalistes ont été assassinés sous la présidence Poutine. Le cas de la journaliste Anna Politkovskaïa en est une illustration ; connue pour sa couverture sans concession du conflit tchétchène et sa dénonciation des violations des droits de l'Homme en Russie, elle a été tuée le 7 octobre 2006. Cet exemple est d’autant plus édifiant que, la liberté de la presse, le conflit tchétchène et les droits de l’homme, sont les sujets tabous par excellence en Russie.

poutine_chirac_l_gionLe président Français ne l’a pas caché, la Russie est envisagée comme un partenaire stratégique sur de nombreux points, au premier rang desquels, l’énergie.

Dans une économie mondiale où l’énergie joue un rôle clé, il est une nécessité d’avoir de bon associé en la matière. Ainsi, monsieur Jacques Chirac œuvre pour la sécurité énergétique du pays en se rapprochant de son homologue de Russie qui contrôle une grande partie des entreprises gazières. Car, lorsque le pétrole devient moins rassurant, le gaz se pose comme une alternative (à court terme). Le président de la Républiquese lance à l’assaut d’un secteur stratégique pour l’avenir, alors que dans le même temps, le gouvernement vend GDF (Gaz de France) qui en plus d’être une grande entreprise du secteur, était une garantie de la maîtrise par la France de son indépendance énergétique.

Ce rapprochement, s’il est légitime sur le plan économique, ne fait que brader un peu plus l’éthique démocratique de notre exécutif.

 

Les services de l’Elysée expliquent ce qui ressemble à une courbette diplomatique en prétextant une pratique tendant à ce que la légion d’honneur soit fréquemment décernée aux chefs d’Etats étrangers, en signe d’amitié diplomatique (1). Voilà de quoi nous rassurer et susciter la jalousie chez d’autres chefs d’Etats, du niveau de monsieur Poutine en matière des droits de l’Homme.

 

Ce non- événement par sa faible médiatisation en France, n’est qu’une humble démonstration que la raison des Etats ne suit pas toujours les aspirations des peuples. Nos grandes démocraties assènent aux peuples du monde que leur modèle est le bon et qu’elles sont le lieu d’harmonie, de paix et de prospérité. Mais cette dernière vertu a un prix que les plus faibles paient parfois de leur vie.

Outre la primauté des principes des droits humains qui est, une fois de plus, évincée par le geste du Président de la République, c’est les citoyens de notre démocratie qui sont quelque peu déshonorés par cette légion.

                                                                                                               Yériché GORIZIAN

 

Vidéo de la décoration du président de Russie sur :

http://webcitoyens.over-blog.com/article-4717273.html

ou http://www.dailymotion.com/video/xpkhs_legion-dhonneur-poutine

 

 (1) «  il y a une tradition républicaine qui fait qu'on donne la plaque de Grand Croix de la Légion d'Honneur aux chefs d'Etat étrangers et que, par conséquent, il ne faut pas y attacher une importance particulière ou une raison morale ».

Posté par lettrehumaniste à 21:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Légion du déshonneur

    une légion du scandale

    Le président Chirac assène a longueur de discours dans les sessions onusiennes des exhortations humanistes.
    Mais ses actes tranchent avec ses dires.
    Au nom de la France il a décoré un dictateur.
    Merci pour cet article

    Posté par sylvio, 25 février 2007 à 00:43 | | Répondre
Nouveau commentaire